http://www.hartzine.com/wp-content/uploads/2012/04/Brian-Jonestown-Aufheben-cover.jpgOn le croyait définitivement perdu dans la nuit arctique. L'Islande est pourtant une terre de création musicale, mais faut croire que le climat de sa Californie natale lui allait mieux. Il restait très prolifique mais de plus en plus dur à suivre, d'ailleurs on parlait de Anton Newcombe au singulier et plus trop du Brian Jonestown Massacre. Il n'y avait guère que quelques intéressants pour se réjouir du retour de l'historique Matt Hollywood dans le groupe. Le groupe qui se contentait de jouer une sélection des meilleurs titres des 90's lors de ses dernières tournées pour entretenir le mythe, pensant que les nouveautés feraient fuir les fans. Alors que pourquoi pas ? Une balalaïka est moins cool qu'un sitar ? Bon d'accord. 

Ce printemps sortait le nième album du Brian Jonestown Massacre et les choses n'ont pas trop bougé, sauf que bizarrement et bien que relocalisé à Berlin, le ciel s'est éclaircit. On oublie toujours l'héritage du San Francisco psychédélique et des héros américains, Aufheben est bien un disque de la Vieille Europe, au moins celle des années 80. Des fondations froidement shoegaze sur lesquelles viennent une multitudes l'éléments électroniques, des vieux souvenirs de folk gonflés par l'industrie chimique où des lapons chantent bien emmitouflés dans leur manteau en rennes. Parce  que la beauté de ce disque n'éblouit pas instantanement comme les bijoux du passé, non, Newcombe a continué sur le chemin qui était le sien, additionnant les instruments divers et les arrangements variés, proposant des paroles en langues scandinaves voire ouralo-altaïques. Rien de simple donc, mais miraculeusement, dans cet environement austère, il a trouvé la lumière, elle a jailli de son âme et de son coeur comme jadis, l'introduction instrumentale Panic in Babylon en est un bel exemple. Alors oui bien sûr, il y a toujours des titres au nom improbable comme Gaz Hilarant ou Viholliseni Maala, un instrumental à la flûte qui vient tout droit du pays des elfes, mais personne n'a dit que le gourou était redescendu sur terre, non il est toujours perché là en haut mais sa parole est audible à nouveaux.

 

 

Ecouter Aufheben sur Grooveshark ici.

 

 

Retour à l'accueil