Nous sortions d'un pub de la charmante huitième rue de l'East Village avec une Guiness à prix discount dans le ventre. On est loin du tumulte de Time Square, les immeubles de briques sont bas et les bouibouis de brocantes, souvenirs viennent jusque sous l'allée d'arbres. Il y a aussi des tatoueurs, des petits restos du monde entier, des bars au chics noms français "Jules Bistrot" "Café Mogador" et des disquaires. Et comme les New Yorkais ont sorti les parapluies et que nous en sommes bien démunis, c'est dans cette dernière catégorie de commerce que nous nous réfugions, chez Kim's plus exactement. Là commence un de mes sports favoris, fouiller dans les bacs, de disques en disques, du 45 tours d'occasion au 33 tours neufs, de la soul au punk. Je regarde le Ty Segall & White Fence, petit bijou garage psyché, mais il va m'encombrer pour le retour alors je le repose. Je passe de single et en single et paf. The Black Angels - Watch out boy / I'd rather be lonely. Le single qu'ils avaient sorti pour le Record Store Day et qui n'était jamais arrivé jusqu'en France. Le Record Store Day, si j'ai bien compris, c'était le jour des disquaire donc, et le samedi 21 avril arrivaient dans leurs rayons plein d'inédits sortis exprès. Ce qui engendrait des queues de barbus à chemise à carreaux à l'entrée des magasins, ce qui engendrait des collaborations improbables comme celle de la douce Feist et des pachydermiques Mastodon, c'est Feistodon. Bref, ce jour là, le magasin le plus proche était à 160 km donc c'est pas la peine d'en parler.

 

Alors, une fois rentré à la maison, quand on pose le 45 tours orange sur la platine, on a quoi ? On a des Black Angels un peu comme on les avait laissé sur le dernier EP Phosgene Nightmare, des Black Angels pop. Le 1er titre Watch out boy est trop mou, il avance au ralenti, comme s'il se laissait sombrer dans un océan de coton. I'd rather be lonely est lui beaucoup plus réjouissant, on est en pleine Angleterre sixties, les Black Angels débarrassés de leur poisse psychédélique sonnent très bien aussi. D'ailleurs, il y a un titre offert dans la version numérique, une reprise de She's not there des Zombies qui ne fait que confirmer la chose. Alors, est ce que ce sont les chutes de studio qui sont pop, qu'ils s'amusent à être léger en dehors des albums, ou est ce une nouvelle direction musicale que prennent nos texans ? La réponse au prochain album je ne sais pas quand.

 

 

 

Retour à l'accueil