A la fin des années 60 arrivaient plein de groupes plus vraiment hippies Ils étaient barbus et jouaient un rock campagnard. A leur tête Creedence Clearwater Revival, The Band et puis les sympathiques Canned Heat. Ces derniers resteront dans l'histoire essentiellement pour leur titre On the road again, un hymne à la liberté plus paisible, qui sent moins le gasoil que Born to be Wild. On se rappellera notamment de leur prestation à Woodstock avec Bob "the Bear" Hite à l'harmonica qui fait plier les planches de la scène sous son poid. Mais là, c'est Going Up the Country qui nous intéresse. Du bon rock à papa, boogie vivant et léger comme la voix fluette de Alan "The Owl" Wilson, enchanté par la flûte traversière de l'Ours qui se prend pour un oiseau. Bref on s'imagine déjà traçant la route, allongé dans la paille à l'arrière d'un pick up conduit par deux ploucs en salopette.

 

 

 

Et puis 40 ans plus tard se produisit un phénomène étrange, une faille spatio-temporelle. Going Up the Country repris dans les années 50, soit avant qu'il est été écrit en plein coeur de la campagne anglaise par des adolescents à qui ce look retro va ma foi comme un gant. Elles s'appellent Kitty et Daisy, il s'appelle Lewis. Ils sont les Kitty Daisy & Lewis et ont une putain d'assurance rockab' !

 

 

 

 

Retour à l'accueil