C'est l'histoire de deux jeunes écossais, Eugene Kelly et Frances Mc Gee, qui montent The Vaselines. Un groupe sans grand talent mais qui a son petit charme, ils bricolent dans leur chambre quelques 45 tours foutraques d'une pop bruyante, ils débitent des insanités sous des airs innocents, un peu comme les Moldy Peaches 10 ans plus tard. Parce qu'on est à la fin des années 80. Les Vaselines font des concerts dans le coin, un premier album et puis ils se séparent sans que leur renommée ait dépassée la banlieue de leur Glasgow natal. Ou presque, parce que sinon cette histoire ressemblerait à mille autres. The Vaselines a trois fans, dont un habite bien plus à l'ouest, à Seattle. A cette époque où internet n'existe pas, ou on commande des disques en mettant des sous dans une enveloppe qu'on envoie à un obscur label, le jeune Kurt Cobain est fan des Vaselines.

  

Tellement fan, quand ce dernier monte à son tour un groupe, Nirvana, il s'amuse à enregistrer des reprises de Son of a Gun et Molly's Lips, en plus sale, plus bruyant, plus grunge quoi. Ces titres figureront dans Incesticide, une compil géniale des premiers titres de Nirvana.

 

 

 

 
Et puis Nirvana est devenu ce que vous savez, pas besoin de développer, le groupe d'une génération, un groupe monstrueux comme il n'y en a qu'un par décennie. Kurt Cobain est malgré lui l'icone d'une génération perdue, et au sommet de sa gloire, il n'a pas oublié ses idoles. Il prénomme sa fille Frances comme Frances Mc Gee des Vaselines. Et quand ils préparent le fameux MTV Unplugged, ils incluent dans la setlist Jesus doesn't want me for a Sunbeam. Avec son violon, je croyais que ce titre était quelque chose comme une chanson traditionnelle, mais non, devinez d'où elle vient ...
 
 
 
The Vaselines, des gens sans grande prétention, qui furent juste les idoles de l'idole.
 
 

  

Retour à l'accueil