Bang Bang ... c'est le nom de la maison ... my baby shoot me down, c'est le plus grand tube de Cher écrit par son moustachu de mari en 1966. On ne s'en rappelle plus trop aujourd'hui, parce que la même année le titre était déjà repris de façon magistrale, pas une fois, mais deux fois, ce qui n'est pas de bol. Par Stevie Wonder d'abord, plus richement orchestré par la maison Motown, des cordes et des cuivres à foison, des choeurs d'angelots, c'est propre, c'est parfait et il y a même quelques secondes à mi-morceau où tout le monde lache les chevaux dans une course quasi-gitane. Fidèle à l'original, au dessus, facile.

 

 

 

Un des plus grands talents de Nancy Sinatra était son aptitude au playback assise en chien de fusil au centre d'un plateau. Non, elle avait aussi une belle voix et savait s'entourer. Je parle au passé mais elle est toujours vivante. Sa version est totalement épurée, elle chante lentement sur une seule guitare surf. Il y a une grande tension dramatique, quelque chose d'important se joue, un duel au soleil avec toi, je sors ... my baby shoot me down ...

 

 

Si on ne se souvient aujourd'hui que de cette dernière version, c'est que au moment où Cher tentait un piteux retour dans la dance, où dans les clips elle ressemblait plus à une drag queen défraichie qu'à autre chose, Quentin Tarantino déterrait la petite Sinatra pour le morceau phare de la BO de son nouveau film, l'explosion d'hémoglobine nommée Kill Bill. C'est le summum du cool, et depuis toute bimbo dans le coup a repris ce titre, ce qui est bien normal. Sauf Lana Del Rey, forcement. 

 

 

Retour à l'accueil