Le 13/10/2011, affiche Pneu/Cheveu à la Maison de l'Etudiant

 

Cheveu traverse le paysage musical français comme un OVNI depuis quelques années. Je ne crois pas qu'ils volent mais ils sont clairement un objet non identifié. Un espèce de punk synthétique avant une voix grave qui scande, parle ou crie plus qu'elle ne chante. Pour ajouter à la confusion, arrivent tout droit d'Israel des violons qui viennent donner une autre dimension à leur deuxième album, Mille. Personnellement, ils étaient le groupe que je voulais aimé, ils avaient tout pour plaire, mais je n'y arrivais pas, trop barré. Puis, comme ça arrive des fois, je les laisse quelques temps au frais pour mieux les ressortir et là, patapam ! Voilà qu'ils me pètent au visage ! Puissant, virtuose ou juste violent, en plus de l'esprit du truc, la musique m'avait désormais vraiment conquise. 

Ils passaient ce jeudi à la Centrifugeuse de Pau en compagnie de Pneu, l'occasion de se rendre compte que les trois de Cheveu sont des mecs normaux, qui aiment bien rigoler et qui savent provoquer la chance.

 

 

Ils ont bien voulu accorder quelques minutes à BANG! BANG! pour une petite interview dans les loges de la Centri. Autour de moi, David, Etienne et Olivier, le batteur de Pneu au bout du canapé qui lit une bd de Superman. Sur la table basse, une bouteille de Jurançon aux trois quarts vide et une 1664 par tête de pipe.

 

Depuis le début de l'année, vous êtes un peu partout, magazines, web, radio ... j'imagine que ça vous amène un public un peu touche à tout, comme moi, des gens qui aiment Cheveu une semaine, une folkeuse du Wyoming celle d'après, ça vous va ? Ou vous regrettez un peu le temps des circuits plus confidentiels ?

Euh ... non, c'est cool comme ça. Parce que l'objectif c'est quand même le stade, alors il va falloir ratisser encore plus large.

Il va falloir passer au JT du midi alors ?

On y est passé un fois, c'était un sujet sur ... l'échangisme ... non, l'artisanat ... un tailleur de pipe ... mais vous avez un Zénith à Pau, non ? On va faire ça la prochaine fois ...

 

OK, en plus il doit être plus grand que le stade. Au premier contact, on vous voit de suite comme trois gros branleur, puis on se rend vite compte du travail fait sur cet album, c'est quoi la part de sérieux dans Cheveu ?

Oui, on est sérieux, on est pro, il y en a un qui imprime les itinéraires, un autre qui fait l'administratif ...

... on se répartit les taches, sur le dernier album, on a délégué la musique à une copine ...

... non mais on a bossé deux ans sur cet album, avec des avis différents, plein d'écoute, peut être trop et puis il y a un petit paradoxe, les morceaux qui ont l'air les plus simples sont ceux sur lesquels ont à passé le plus de temps ...

 

J'adore cette pochette en étiquette d'orange, elle est géniale, Elle est un peu à votre image, non ? Génial ! coupe le batteur de Pneu qui lit un comic sur le canapé. Un assemblage d'éléments normaux qui font un tout dément ?

Elles sont comme autant d'étiquettes qu'on nous colle, dans les interview, on nous sort plein de nom de groupe, on n'en connait pas la moitié, et puis il y en a 1000, comme Mille, tu peux les compter ...

... et puis la pochette du premier disque était un peu à son image, le truc 8 bit, celle là est plus chargée en références aux arrangements de violons, tout en gardant un côté lo-fi avec la matière première basique ...

C'est une métaphore !

Voilà !.. mais c'est pas nous qui l'avons faite, c'est un artiste qui s'appelle Chaix, un vieil aristo tout dégueulasse, qui boit du blanc et fume des gros cigares. 

 

Ces violons israeliens, comment ils se sont retrouvés sur votre punk synthétique, une passion pour le folklore de la région, pour des groupes expérimentaux, ou juste le hasard d'une rencontre ?

C'est le hasard. On avait déjà mis quelques cuivres sur le premier disque, là on voulait juste un violoncelle puis on a été invité en Israel par un chef d'orchestre, on est arrivé avec des mp3 tout pourris et on s'est retrouvé entouré des musiciens super classe et ça a donné ce résultat complètement improbable !! 

 

Ils fluidifient et élèvent votre musique. Vous envisagez des flûtes de pan sur votre prochain disque, pour l'adoucir un peu ?

HAHA ... de la harpe ... de l'ocarina ...

... on a encore aucune idée pour le prochain ...

... ça sera du folk ...

 

Sur Youtube, on peut voir plein de clips extraits de Mille, plus qu'un poids lourds de l'industrie du disque. Pourquoi ? Des influences cinématographiques dans Cheveu ?

Non pas spécialement, non, on a bien aimé faire des petitis clips à l'arrache, c'est marrant., c'est la copine à Etienne qui bosse là dedans, on en a fait trois avec elle ...

... et puis c'est aussi  des histoires de rencontres, un mec qui a fait un film qui s'appelle Robert Mitchum est mort nous a proposé des scènes dont il s'était pas servi pour faire un clip et du coup c'est la vidéo de Quattro Stagioni ... c'est encore un truc qu'on avait pas prévu quoi.

 

Pneu contre Cheveu, c'est la finale du championnat de France des groupes avec un nom à la con ?

Le batteur de Pneu: Il va peut être y avoir un festival à Besançon rien qu'avec des groupes avec des noms comme ça, Calin, Goudron ...

... Velooo !

On aime bien rigoler !

 

*****

 

Le concert fut dément. D'une violence froide, pas agressive, juste folle, David pourrait chanter sa grande carcasse dans une camisole. Ils ont privilégié leurs morceaux durs, de l'inaugural Impossible is not french à Clara Venus. Charlie Sheen est hurlé comme sur le disque, et les violons ne sortiront finalement que rarement des bidouilles à Olivier. Le gros moment sera sans conteste le final où Pneu s'incruste pour une Fin du début martelée monstrueusement.

Pneu avait ouvert le matos posé au milieu de la fosse. Un show de furieux, le public jamais assez proche. On va pas s'assoir sur la batterie, on va pas marcher sur un si beau tapis persan !!

 

Retour à l'accueil