Il est 23h00 passé, plus de 300 personnes s'impatientent dans la salle polyvalente de Banos, la star de la soirée se fait désirer, elle profite des bonnes tables des Landes. C'est vrai que peu d'artistes de renommée nationale s'arrêtent dans le coin, mais tous prennent le temps de goûter aux spécialités locales. On se rappelle il y a quelques années de Miossec se tenant piteusement au pied de micro, le même soir, Natacha de AS Dragon soignait des maux de gorge à l'Armagnac ...

 

1800431 465509020242458 570913645 n

        Courtesy of Cul Sec

 

Le public est à point et fait un triomphe à Dédé le Rockeur qui tape dans les mains du premier rang aux anges, et il attaque direct avec son hit en forme de présentation "Je suis passe Partout de Fort Boyard ..." ... tout le monde connait les paroles. Le promoteur Peña Cul Sec ayant été trop pingre pour faire venir tout l'orchestre du bonhomme, les choeurs et les guitares, douze cuivres et seize cordes sont préenregistrés et sont lancés par un "Musique Maestro" avant chaque morceau, c'est un peu cheap, mais ça va, l'ingénieur du son assure. Une fois la seule composition passée, c'est donc l'heure des reprises, Johnny Halliday, Joe Dassin, Johnny, Johnny, quelle incroyable tension à l'entame de "Que je t'aime". Il enfile un cuir qui va impeccablement bien avec sa coiffure, toute en boucles blondes descendant dans la nuque. Les basketteurs landais taillés comme des tuteurs à tomates, tout en longueur, squattent les premiers rangs, faut se faufiler pour voir l'idôle, qui en plus de ne pas être très grand, se met souvent à genoux, pour marquer l'intensité du show et son implication dans la chanson. Un problème technique ? Un micro pourave ? Pas de problème, spontanément l'assistance entonne le générique de Fort Boyard à capella, c'est grave, c'est beau comme un Flower of Scotland. Le concert reprend et finira peut de temps, une conclusion flamboyante avec tous les membres de l'organisation sur scène, des visages marqués par un bonheur indescriptible. S'en suivra dédicace, photo, une belle disponibilité d'un artiste qui, sans mauvais jeu de mot, sait se mettre à la hauteur du public.


Il fait bien avouer qu'un tel succès peut paraître incroyable, mais il faut croire que le bonhomme sait rassembler les publics. Les rockers landais tout d'abord, venus écouter leurs morceaux préférés trop souvent pourris dans les karaokés. Peut être les plus nombreux, ceux qui regardaient Fort Boyard dans leur jeunesse, avant qu'ils aient l'âge de s'alcooliser les samedi soir. Qui n'a pas revu durant le show, l'athlète endurant, Passe Partout arpentant à rythme soutenu les couloirs de la fortification charentaise, un lourd trousseau de clef à la ceinture ? Ah nostalgie, quand tu nous tiens ! Et puis il faut bien le dire, il y avait aussi ceux venu pour profiter du généreux bar de la Peña Cul Sec. Et puis il aura toujours des mauvaises langues pour dire que les gens étaient là pour se moquer d'une personne de taille réduite, autrement dit un nain. Faux. En France, on a arrêté de les prendre pour des bêtes de foire depuis la circulaire Philippe Marchand du 27 octobre 1991 interdisant la discipline du lancer de nain au nom de la dignité humaine. Mimi Mathy en ayant rajouter une couche dernièrement. Et puis le succès international de la séries Games of Throne, et son héros Tyrion Lannister, traité de demi-homme et jamais pris au sérieux dans ces temps reculés mais qui c'est sûr finira tôt ou tard acclamé de la même manière que Dédé le Rockeur ce soir ... Quant à la Peña Cul Sec, quelle incroyable surprise nous prépare-t-elle pour l'an prochain ? Les Forbans ? Serge le Lama ? Les deux en featuring ?


Retour à l'accueil