PyPy - Pagan Day

Et allez, un de plus qui fait dans les noms à la con. PyPy, ça fait 2 x 3.14 et des poussières, la formule est incomplète pour faire un cercle ou une sphère, mais faut dire que les Montréalais ne sont pas du genre à arrondir les angles. Le très bon webzine Gonzaï titrait à leur propos "LCD Motorheadsystem" et c'est fort bien vu, tant ce disque regorge autant d'ouragans rock'n'roll que de titres mordant dansant. Les PyPy ne sont pas de petits nouveaux puisqu'on retrouvait leurs membres notament chez Duchess Says, une référence Electro Punk. Rentrer là dedans n'est pas raisonnable, puisqu'après vous ne serez plus maître de rien, mais allez y, c'est que de la musique, mouahah ... Osez PyPy !

 

http://f0.bcbits.com/img/0001918176_10.jpg

 

Cheveu - BUM

On a déjà parlé de l'album BUM dans ces pages, un parallèle débile avec Daft Punk. Le fait est que Cheveu, bien que toujours aussi radical et inclassable, continue son irrésistible ascension, est présent dans tous les journaux, même sur Le Golb, et sera même à Rock en Seine pour salir les Clarks des gens.

 

Quilt - Held in Splendor

Voilà un disque de saison, printanier. Quilt confectionne une pop doucement psychédélique, sur laquelle scintille le soleil des belles journées de Mars. Ça sent la plage, le combi Volkswagen, tout ça, on aurait envie de leur dire que la vie c'est pas un pique-nique dominical sur un plaid écossais, que la grisaille est partout, mais non ça serait méchant. Non non, profitons avec eux, et puis il y a des guitares qui peuvent rappeler les Byrds quand les Bostoniens partent vers des directions plus rock. Non non, rien à dire, c'est propre, c'est brillant.

 


 

 

Angel Olsen - Burn your Fire for no Witness

La demoiselle fait partie de ces filles qui ont autant écouté Bob Dylan que PJ Harvey. Le label Jagjaguwar qui nous avait déjà présenté Sharon Van Etten est très bon pour les dénicher. Angel Olsen nous avait bien accroché avec une belle paire de singles électrisés et électrisant au point d'être le single de la semaine 3 qui parlait de politique extérieure et de pénis sectionné, mais ça c'est autre chose. Restait à savoir si la suite serait à la hauteur de Hi-Five et Forgiven/Forgotten. Et bien non, et c'est assez frustrant. Burn your Fire for No Witness se compose essentiellement de titres folk sombres, certains plutôt beaux, d'autres carrément chiants, la demoiselle semblant avoir une vie sentimentale compliquée.

 

Black Lips - Underneath the Rainbow

Les gars sont encore tout jeunes et pourtant, ils font déjà office de vieux briscards du rock US. Ils n'ont jamais était un groupe en "The", il faut le rappeler, sinon ils seraient déjà morts. C'était quand qu'ils se balançaient des pichets de bière à la gueule sur la scène de l'Ampli à Pau, alors que personne ne les connaissait, 7-8 ans déjà ? Les Georgiens sortent leur 7ème album depuis 2003, déjà. Moins insouciant, moins sautillant, plus ténébreux, plus vicieux, comme toute personne qui vieillit. Il y a des influences country de plus en plus présentes, des morceaux poisseux et hurlants comme dans la folie qu'était 200 Millions Thousand.  Rien de révolutionnaire, que du très bon donc.

Tiens, tiens, le clip original aurait-il été censuré ?

 


 
Retour à l'accueil