Les Parisiens ne savent pas ce qui se passe sous leurs pieds, hormis les dédales d'égouts et de lignes de métro. Dans leur cave, les membres d'Aqua Nebula Oscillator étaient assis au fond de vieux fauteuils troués. Ils regardaient le plafond en pierre suintante d'humidité et soudain l'espace temps n'était plus le même. Ils se projetaient à des années lumières de là. Aux côtés d'un chef indien, ils voyaient défiler devant leurs yeux planètes, galaxies et vaisseaux spatiaux. La marche était longue et totalement contemplative. Puis un jour de bad trip, la démoniaque Shazzula apparut dans un éclair au milieu de la cave et commença à secouer nos freaks et à leur envoyer des coup de pieds. Leur association fit du grabuge et Under the Moon of Aqua Nebula Oscillator l'une des équipées les plus sauvages et violentes qu'ait connu le pays. Puis la prêtresse maléfique disparue dans le même fracas. Alors, dérangés dans leur paisible voyage cosmique, les mecs étaient de mauvaise humeur et ça se sent sur leur disque suivant Third.

 

 Il n'a pas l'énergie et l'incandescence rock'n'roll, la tension extrême ni même les délires psychédéliques de son prédécesseur mais en garde le déluge électrique. Third est sobre et sacrément efficace. Third est frappé du trident de Poséidon. Le Dieu des mers et des océans fut d'abord lié au monde souterrain, porteur de mort et responsable des tremblements de terre, tout comme Aqua Nebula Oscillator. Trois dents pour la furie rock'n'roll, la lourdeur doom et l'élévation space. Trois éléments qui se mélangent parfaitement et propulsent le disque à une vitesse folle, broyant toute résistance sur son passage. Sa faiblesse pourrait être la voix plus à l'aise pour se promener parmi les étoiles que pour résonner dans ce chaos, elle manque d'ampleur mais gronde et noie le disque dans sa noirceur.

 

 Les Parisiens ne prêtant pas attention à ce qui n'est pas sous leurs yeux, le groupe a sorti ce disque chez les New Yorkais de TeePee Records qui abritaient déjà plein de monstres de leur espèce. Restent chez nous Quasimodo et le Fantôme de l'Opéra.

 

 

 

Retour à l'accueil