Mardi 28 juillet, Jour 1

Photo BANG!BANG!

Photo BANG!BANG!

En attendant le début des hostilités, les premiers festivaliers sur site se serrent comme des canards dans le moindre carré d'ombre, et c'est vrai que le parking de la déchetterie en offre peu. Mais si vous êtes pas content, il y a la bretelle d'autoroute à côté, allez voir vers Bordeaux ou Toulouse si vous trouverez un festival à trois balles le sandwich. Et puis le goudron possède l'avantage de ne pas se transformer en boue quand il pleut. D'ailleurs il ne pleut pas.

Les Suisses de Puts Marie n'ont pas trouvé de meilleur moyen pour attirer l'attention que de se présenter sur scène avec un renard empaillé par un taxidermiste peu talentueux. Et ça marche ! A l'image de leur chanteur les yeux rivés vers l'horizon ou plus loin encore, leur pop faussement calme est captivante, elle peut dévier à tout moment et partir en belle envolée électrique. Et c'est Maître Renard sur son retour perché qui en fera le premier les frais.

Suit Moriarty, j'ai toujours eu un doute sur ce groupe qui a pourtant tout pour plaire, de beaux instruments vintages, la belle voix de Rosemary, un style musical country folk que j'affectionne, mais je sais pas, peut être trop propre, pas assez profond ou pas assez léger ou pas assez de tripes posées sur le plancher. Et puis il a ce gars, certes multi-instrumentaliste très doué, mais qui tient plus du Télétubbies que d'autre chose. Désolé.

Cette année, l'organisation avait choisi de ne communiquer l'ordre de passage des groupes, prétextant qu'un festivalier ne doit pas venir pour un artiste en particulier mais pour tous, et je suis plutôt d'accord sur le principe. Avec un minimum de logique, on peut penser qu'un DJ hardcore ne va pas débuter la soirée. Mais là, le prochain artiste est déjà sur scène et on ne sais toujours à quoi s'attendre. Une jeune femme blonde danse négligemment, elle, c'est la choriste, Tricky est face à la batterie et murmure dans le micro. Une batterie, une guitare et quelques rares bidouilles electro, le son est très sec, à la limite de l'hostilité. Les spectateurs se regardent, perplexes. Et l'attitude de l'ancien Massive Attack ne fait rien pour les rassurer. Il passe la plupart du show de dos, se retourne pour se battre avec des fils de micro puis se fige, hébété, le doigt tendu vers la lune. Tricky rentrer maison. Tricky rentrer maison.

Ce soir, Emmaus est sorti de son habituel triptyque Chanson/Reggae/Electro et comme depuis quelques années déjà ne propose pas que des artistes ouvertement engagés et anti-capitalistes. C'est comme ça qu'on se retrouve face à The Do ! Si pas mal de groupes gardent leur tube pour la fin, eux débutent par une version piano chant de On my Shoulders qui finit par s'illuminer par l'arriver de tous les musiciens sur scène. Chacun à son poste, claviers ou percus, the Do c'est de la pop 100% synthétique, ce qui ne l'empêche pas d'être très vivante et tout à fait charmante, comme l'est Olivia Merilahti qui enchaîne mouvements d'arts martiaux entre les titres. Tiens, je veux réécouter Slippery Slope.

Un festivalier devrait pouvoir s'intéresser à plusieurs styles de musique, l'enchaînement à venir va les mettre à l'épreuve. Pendant The Do, le grand écran montrait deux filles enthousiastes au premier rang et à leur côté, un barbu avec un bandana dans les cheveux style Suicidal Tendencies somnolait sur la barrière … Il est maintenant alerte. Les t-shirts avec des dragons et des anges empalés se rue vers la scène. Gojira ! C'est un vieux souvenir de l'EHZ dans les montagnes basques où pour la première fois j'avais ressenti l'effet de la double pédale, et tout vibrer, le sol, ma cage thoracique. La batterie est impressionnante, je ressens moins les effets de cette violence mais pourtant chaque coup de marteau semble transmettre un peu de sa tout-puissance au public qui remue la tête en rythme et hurle de joie à la fin des morceaux. Si les gens se comportent parfois comme des animaux lorsqu'ils sont en groupe, ici ça ne serait sûrement pas des moutons !

On oublie l'electro-ragga de Vandal et redescend vers la voiture. Une soirée mitigée musicalement, elle sera aussi pour les organisateurs, on était loin de la fréquentation de l'édition précédente.

 

Mercredi 29 Juillet, jour 2

Forfait Fervex !

Photo BANG!BANG!

Photo BANG!BANG!

Retour à l'accueil