Lundi 26 Janvier, des nouvelles de nos guides spirituels ...

... A Botosani, en Roumanie, le prêtre a demandé à ce que des décorations aux couleurs de l'arc en ciel soit retirées des rues de la ville, pour ne pas que la jeunesse locale plonge dans l'homosexualité. La municipalité s'est exécutée.

Les Arc en Ciel sont dans le ciel, et le ciel est le royaume de Dieu. Hé l'abbé ! Qui es tu pour vouloir refaire la déco du royaume des cieux ?

... Quelque part au Moyen Orient, un "intellectuel" salafiste a appelé à ne plus manger de tomates, car la tomate est un aliment chrétien. Il ne va bientôt plus leur rester que le sable à manger.

... En Afrique du Sud, on a engagé une guerre spirituelle contre le Malin, déclare le pasteur Mamorwa Gololo. Si on croyait ses adorateurs plutôt scandinaves et amateurs de black metal, les plus zélés d'entre eux sont bien dans les townships de Soweto, qui subissent actuellement un net regain de crimes satanistes. C'est effrayant.

 

Mardi 27 Janvier, Hard Day, un film de Kim Seong-hun.

On connaît tous les journées merdiques. Celles où tout nouvel évènement ne vient qu'empirer la situation. Où chaque nouveau problème se pointe avant que le suivant ne soit réglé.

Ce jour là, le commissaire Gun-su se rend aux funérailles de sa mère. Il percute un homme qui meurt sur le coup. Il cache le cadavre dans le cercueil de sa pauvre maman. De plus, il semblerait que son service ne soit pas le plus propre de la police coréenne. De plus, un maître chanteur apparaît bientôt. Oui, c'est vraiment une journée merdique.

Des vrais scènes d'actions s'enchaînent avec des situations improbables. L'humour hésite entre le noir et le burlesque. A l'image du commissaire Gun-su qui voudrait le rôle du flic intraitable mais que la poisse rattrape toujours, le film prend des allures de polar noir qu'on ne pourrait pas prendre au sérieux.

C'est pas le film de l'année, elle est encore longue, mais on s'ennuie jamais en suivant les déboires des autres, et ils s'enchaînent sacrément !

 

Mercredi 28 Janvier, le retour des Black Angels

Il y en a qui savent comment s'y prendre avec les fans et les collectionneurs. Fuzz Club par exemple avec leur série Split Single. Quand vous voyez ça passer sur Facebook, votre cerveau se met en veille et vous commandez. Vinyle rouge, série limitée à 1000 exemplaires, The Black Angels. Commande. Pré-order exactement. Et quand il arrive, on s'en rappelle plus.

L'artwork est évidement soigné, avec ses plumes de corbacs méthodologiquement rangées sur fond blanc. Le titre des Black Angels s'appelle Molly Moves my Generation. C'est leur face lugubre qui s'exprime, c'est plutôt typique du groupe, la voix de Alex Maas qui arrive de loin, puis il s'arrête en eau stagnante pour prendre une dimension supplémentaire avec un tempo quasi-punk.

Pour faire un split single, il faut être deux (et un groupe reprend un titre de l'autre, mais là ce n'est pas le cas), et les autres donc, c'est Sonic Jesus, un groupe italien qui cite William Burroughs sur sa page Bandcamp. Leur morceau est Lost Reprise, une lente marche funèbre, pas super prenante et il passe pour le coup comme un clone pas bien fignolé des premiers.

Voilà, c'est un objet de collection qui ne sortira peut être plus de l'étagère une fois rangé, mais vous pouvez pas comprendre. J'ai le 77/1000, il est chez moi.

 

Jeudi 29 Janvier, la chanson de la semaine ...

... qui n'est pas des Black Angels, vous l'aurez compris ...

... mais High Fever de Peter Kernel, qui n'est pas un gars tout seul, mais un groupe qui évolue avec charme entre rock noisy et pop brumeuse, parfois dans le même morceau, la preuve :

C'est extrait de leur nouvel album Thrill Addict qui sort maintenant. Ils seront à Pau à la Centri le 19 février, ça va être bien.

 

Vendredi 30 Janvier, Zombie Chat.

Les faits divers et les journeaux ... On appelle des fois ça la rubrique des chiens écrasés. Et bien cette fois il s'agit d'un chat, et pourtant Dieu sait combien le chat est l'animal sacré du web.

Et bien à Tampa en Floride, quelqu'un a percuté un chat avec son automobile et l'a laissé pour mort sur le bord de la route. Son propriétaire, très peiné, l'a enterré dans des funérailles digne de ce nom. Et voilà que cinq jours plus tard, Bart (c'est le nom du chat) rentre chez lui le gueule salement arrachée ! Un zombie chat ! Le fait divers s'arrête sur quelques interrogations. On ne sait pas s'il a sauté au visage de son propriétaire pour l'avoir cru mort un peu trop tôt. On ne sait pas s'il est parti à la recherche de l'automobiliste pour le lacérer de ses griffes devenus super puissantes dans d'affreux miaulements d'outre tombe ...

 

Samedi 31 Janvier, pendant ce temps là ...

A Cannes, le festival approche et Monsieur Caca (et pourquoi ça serait pas une Madame ?) a encore étalé ses excréments sur les trottoirs.

Retour à l'accueil