Jeudi 16 Octobre : Canailles !

Tout droit sortis d'une forêt de conifères de la Belle Province, ils ont traversé la grande mer à dos de caribou pour venir enflammer le Showcase, dans un style cajun, bluegrass, ça sent bon le terroir de là-bas ! Ils sont jeunes, ils ont de la gouaille et de la pêche et portent bien leur nom de Canailles (Bandcamp), les canaillous. Il y a de la barbe rousse, du marcel et de la chemise à carreaux sur scène, mais il y aussi cette chanteuse à qui cette petite robe à pois va à merveille, elle a une voix comme si elle buvait du whisky depuis le biberon, une sacrée meuf. Et puis il y a leurs copains et copines tout aussi épatants quand tous les instruments se mettent en branle, que tous chantent ensemble à plein poumon, avec cet accent si charmant ...

Mulhouse, on vous les envoie, ils sont en pleine forme et ont pas peur de la route. Pau Mulhouse, c'est un peu comme aller de Val d'Or jusqu'à Chicoutimi.

Nous, on sait qu'ils repasseront à l'Eté à Pau 2015. Rendez vous est pris, les jeunes.

Photo Le Petit Objectif.

 

Vendredi 17 Octobre : Des guerres, des femmes.

Les récents incidents lors du match de foot Serbie - Albanie (lire l'article de SoFoot "La bataille de Belgrade") ont réveillé quelques macabres souvenirs d'une des dernières guerres du siècle dernier, celle qui a vidé le Kosovo en 1999 .

A ce propos, je viens de finir le livre de Elvira Dones, Une Petite Guerre Parfaite. L'OTAN l'a faite depuis le ciel, aucun soldat n'est mort, mais au sol ... Les Serbes, l'armée régulière et les milichiens rentrent dans Prisitina. Les Kosovars albanais choisissent de se cloitrer chez eux ou de fuir la ville et rejoindre l'Albanie ou la Macédoine voisine. Le sort est le même pour tous, sans un peu de chance, c'est viol, torture et une balle dans la tête. Rea, Nita, Hana, restent dans leur tour, redoutant d'entendre le bruit des bottes dans les escaliers, c'est très clostro. Ceux sont des filles avec un niveau d'éducation supérieur, elles ont des contacts à l'étranger, avec la presse, elles ont le regard du reste du monde. Elles pensent à leur famille qui sont sur la route, peut être vivant, peut être mort.

Le récit de Elvira Dones est très digne, mais aussi cru, sans fard, les yeux grand ouverts face à la boucherie. On lit des lignes et on se dit que c'est pas possible, un homme peut pas faire ça. Et si.

De l'est du Congo à Raqqa, les femmes sont les premières victimes des guerres civiles ...

Prochain livre, tout frais sorti de l'imprimerie, La Fille du Français (communiqué de presse) par mon écrivaine préférée, Virginie Picaut. L'histoire d'une dame née de la relation interdite d'un prisonnier de guerre et d'une Allemande. Back to 39-45 donc.

 

Samedi 18 Octobre : La Chanson de la semaine.

Une journée comme l'été ne nous en a pas beaucoup donné. Direction la montagne. La forêt a pris ses couleurs d'automne, le vert tend vers le roux. Le ciel est d'un bleu intense et le soleil scintille sur l'eau du lac. C'est beau et profond comme cette chanson de Townes Van Zandt, Our Mother the Mountain.

 

 

Dimanche 19 Octobre : Le Sel de la Terre.

C'est le dernier doc de Wim Wenders, à propos du travail du photographe brésilien Sebastiao Salgado. Photographe ? Plus que ça, humaniste. Et après une jeunesse heureuse, il a vu l'humanité s'effondrer sous ses yeux. Ethiopie, Rwanda, Bosnie, que du malheur dans un noir et blanc à l'esthétisme parfait. Les photos ont nettement plus de poids que la vidéo, plus intense, ces expressions figées, ces regards qui vous fixent et vous prennent à témoin, ça prend au ventre. Mais une vie de travail à travers le monde ne peut rencontrer que la destruction. C'est par la célébrations de la faune et la flore, du cercle polaire jusqu'à la dense des forêts équatoriales, des paysages sauvages grandioses qui le mènent à rencontrer des peuplades isolées, qu'il reprendra foi en l'espèce humaine. Ce voyage ne laissera personne indemne, ou alors vous n'avez pas d'âme.

 

Lundi 20 Octobre : Météo internationale.

- T'as vu le PDG de Total ? A Moscou, une déneigeuse a percuté son avion au décollage et il est mort.

- Il neige déjà à Moscou ?

- ...

 

Mardi 21 Octobre : Pendant ce temps là, en Russie, on apprenait :

Qu'effectivement les températures sont déjà négatives à Moscou.

Que le fléau de l'alcoolisme touche aussi les conducteurs de déneigeuse.

Que sur Vkontakte, le Facebook russe, on organisait le concours de Miss Hitler 2014.

 

Mercredi 22 Octobre : Concerts à la Centrifugeuse.

La Centri avait des airs de cabaret intemporel ce mercredi soir, la salle du campus palois recevait deux artistes atypiques, généreux et loin des standards actuels.
Le Québécois Mark Berube (Bandcamp) a vécu sa jeunesse au Swaziland, loin des patinoires, c'est peut être de là que vient la douceur de sa musique, de l'Afrique australe. Elle est très mélodieuse sans être guindée, au contraire, le violoncelle apporte une belle profondeur dans laquelle le piano de l'homme aux bouclettes vient s'amuser. Le public est ravi, en redemande, mais la sono joue déjà Walk on the Wild Side.
Je ne serais pas vous dire dans quelles proportions la musique de l'Orchestre Tout Puissant Marcel Duchamp (album Rototor) est dada, mais je peux vous dire à quel point elle est dynamique. Un xylophone géant, un trombone, des percus, une guitare incisive, un violon pour s'envoler, on danse sur des rythmes africains, puis tout se désagrège dans des délires free jazz. On aurait voulu qu'ils rejouent Elephants en rappel, ils nous ont promenés de Kinshasa à Yamoundé avec les Jaloux saboteurs aux yeux de crocodiles.
Retour à l'accueil