On est début juin, vous ne savez toujours pas où vous allez passer vos vacances, pas cette station balnéaire où vous avez déjà cramé trois étés d'affilés, pas chez Mamie en Normandie non plus.Vous avez besoin d'évasion, d'un endroit où vous croiserez pas votre collègue de bureau. BANG!BANG! est là pour vous aider, en musique s'il vous plaît.

 

Salvador de Bahia avec Rodrigo Campos

Bahia, loin de l'exubérance et du culte de l'image carioca, Salvador de Bahia, une ville avec une âme et une histoire. Ville coloniale, plaque tournante de l'esclavage, un des points du marché triangulaire avec l'Europe et de l'Afrique, Salvador a gardé quelque chose, dans les ruelles en pente au milieu des façades de couleurs vives règne un parfum de santeria, une atmosphère mystique entre fièvre tropicale et douceur océanique. La musique est partout, les écoles de salsa, le carnaval, la fête, la folie en plus authentique qu'à Rio. Nous, pâle européen jeté là au milieu aurait vite fait d'y perdre la tête mais méfiance, la belle est dangereuse. Le 20 mai 2013, la police y a fait grêve 24h pour obtenir de meilleurs salaires, bilan : 39 meurtres recensés. Autre chose, ne pas y aller dans le mois qui suit si vous ne voulez y croiser des compatriotes tels que Christian Jean-Pierre ou Francis Lalanne, la France y joue contre la Suisse dans le cadre de la coupe du monde de foot.

 

 

 

Bornéo avec Firewater

On est d'accord, Bali, c'est surfait. Alors pourquoi pas Bornéo, l'île la plus grande et la plus sauvage d'Indonésie. Année 1995-2005, l'américain et ancien punk Tod A est dégoûté de la société occidentale et part à la découverte du reste du monde.  Plus tard, il fondera Firewater, où il métissera ses premiers amours rock avec des influences asiatiques. Alors Bornéo, oui Bornéo, voir le soleil se coucher tous les soirs sur une plage de sable fin, loin de tout métro et point wifi, oui, c'est beau. Bornéo, ses forêts parmi les plus denses du monde où le moindre insecte peut vous crever en moins de dix secondes, ses conflits inter-ethniques qui se règlent avec des têtes au bout de piques, hey Bornéo !

 

 

Le Québec avec Los Carayos

Les touristes qui vont au Québec grimpent au Mont Royal à Montréal, touchent la neige et repartent se mettre au chaud. Les plus courageux suivent le Saint Laurent jusqu'à la ville de Québec. Mais c'est pas ça le Québec, à Trois Rivières prenez la route qui trace vers le Nord, l'interminable ligne droite bordée de sapins qui mène à Chicoutimi. Vous y trouverez quoi ? Des Esquimos ? Des ours blancs ? Non non, l'authentique mâle à chemise à carreaux, avec un bouc et une casquette. Les Carayos, c'était un groupe parisien, on y trouvait un futur Garçon Boucher, François Hadji Lazaro et un futur Mano Negra, Manu Chao, ils y restèrent trois jours lors d'une tournée canadienne et eurent le temps d'observer la bestiole.

Mozambique avec Bob Dylan

1976, Bob Dylan en a marre de chanter la grande dépression, des choses tristes ou forcément profondes, il a besoin d'un peu de légèreté et sort Desire, un album agréable mais critiqué pour son côté FM. Bref, à la même époque le Mozambique sort d'une guerre d'indépendance dégueulasse contre son colonisateur portugais et doit avoir avoir des airs de paradis sur Terre depuis le salon de Dylan qui chante ses belles filles. Oui, ça doit être l'Afrique opulente et insouciante, l'Océan indien turquoise, des fruits sucrés à cueillir sur les branches, et des filles souriantes aux courbes généreuses. Oui, il nous met l'eau à la bouche Bob ... Sauf, qu'il fallut vite en profiter, quelques mois après son indépendance, le pays sombre dans 15 ans de guerre civile, 1 000 000 de morts. Aujourd'hui, c'est un des pays les plus pauvres du monde ravagé par la malnutrition et le SIDA ...

 

Le Caire avec Django Django

Le Caire, carrefour des continents, porte de l'Afrique pour l'Europe, passage vers l'Asie pour l'Afrique ... Ambiance de mystères antiques, espionnage politiques autour du canal de Suez, des senteurs enivrantes qui émanent des ruelles étroites, épices et fumée opiacée qui sort de derrière les rideaux. L'atmosphère est chargée, selon les personnes vous la trouverez oppressante ou captivante, Mais si les Django Django ne voyent que des milliers et des milliers de toits depuis le ciel dans leur version électronique des mille et unes nuits, vous serez bien les pieds sur terre. L'an passé une touriste en escale dans le ville égyptienne a voulu sortir de son hôtel pour s'aérer un peu. Elle n'a été retrouvé que deux jours plus tard, complètement hébétée dans le dédale qu'est la vieille ville.

Retour à l'accueil